Share

Aérodrome Syn 7Ce samedi 31 mars, à la suite de l’assemblée générale de l’aéroclub d’Eu – Mers-Les-Bains le Tréport, s’est déroulée l’inauguration du redéploiement des installation de l’aérodrome réalisée sous la maîtrise d’ouvrage de la communauté de communes des Villes Sœurs.
La rénovation du club house, la construction d’un nouveau hangar, la réfection de la voirie , au total plus de 275 000 euros de travaux financés pour partie par le Conseil Régional de Normandie (55 000 euros), par le Conseil Départemental de la Somme (49938 euros) et par l’aéroclub (6000 euros), la communauté de communes consacrant 164 000 euros à ces travaux.
Répondant à une proposition de M. Fabien Bary, Président de l’aéro-club, la Communauté de Communes a décidé de donner le nom de M. Jean-Claude Bovin, ancien vice-président et cheville ouvrière de l’aéroclub et c’est donc en présence des membres de sa familles qu’a eu lieu czette inauguration.
Mme Vandenberghe, Conseillère Régionale de Normandie et M. Stépahane Haussoulier, Vice-Président du Conseil Départemental de la Somme ont souligné l’intérêt des collectivités qu’ils représentent pour cet aérodrome et ce qu’il représente pour notre région.
M. fabien Bary, au nom de l’aéroclub ont remercié les collectivités, et notamment la communauté de communes qui permettent au club de se développer et de diversifier ses activités dans de bonnes conditions.
M. Alain Brière, Président de la Communauté de Communes des Villes Sœurs a insisté sur l’intérêt de cet aérodrome, tant pour le développement économique et touristique que pour les passionnés qui l’utilisent pour assouvir leur passion de l’aviation.
« Lorsqu’au 1er janvier 2007, la Communauté de Communes s’est retrouvée propriétaire-gestionnaire de cette plateforme, suite au transfert de l’Etat, je ne vous cacherai pas que certains d’entre nous se sont demandé ce qu’on allait bien pouvoir en faire. Mais à cette époque et dans les années qui suivirent, entre un aéroclub composé de passionnés et un vice-président des infrastructures de la communauté de communes, mon ami Alain Longuent, qui a vite compris que cet équipement pouvait être une chance pour notre territoire, la question n’avait plus trop lieu d’être.
Depuis plus de 10 ans, la Communauté de communes travaille, en liaison étroite avec les services de l’aviation civile et l’aéroclub à rendre cet aérodrome plus pratique, plus convivial et surtout plus sûr.
Tout n’a pas été facile. Il faut savoir qu’en 1989 un déclassement avait été signifié, je pense que sans la pugnacité et la détermination des personnes citées plus avant, c’est la fermeture pure et simple de l’équipement qui nous guettait.
Heureusement il n’en a rien été et en 2013, après moultes démarches et péripéties, un arrêté publié au journal officiel le 9 novembre consacrait tous les efforts consentis en rétablissant la circulation aérienne publique ».
M. Brière évoquait ensuite la mémoire de M. Jean-Claude Bovin et son rôle actif au sein de l’aéroclub :
« Depuis le début des années 2000 où sa passion de la mer et des bateaux avait fait place à celle de l’air et des avions, Jean-Claude passait beaucoup de temps sur l’aérodrome et au-dessus bien sûr.
Entrainant dans cette nouvelle passion son fils Arnaud, comme il avait entraîné Frédéric dans celle des bateaux, Jean-Claude a acheté un premier ULM d’occasion pour s’entraîner avant de procéder quelques années plus tard à l’acquisition d’un appareil neuf, celui qui figure sur la plaque inaugurale et que fait désormais voler Arnaud.
Quand Jean-Claude Bovin se lançait dans une aventure, il ne le faisait pas à moitié, et si Marylise n’avait pas été là pour le freiner un peu, il serait bien volontiers parti découvrir d’autre contrées ou d’autres activités. Je crois qu’avant de malheureusement disparaître trop tôt, emporté par la maladie, il s’intéressait de près, de très près aux hélicoptères.
Jean-Claude ne se contentait pas d’être un simple consommateur du plaisir de voler, sa passion et ses talents immenses de génie du bricolage (je crois que mes collaborateurs et peut-être certains membres de l’aéroclub l’avaient rebaptisé Mac Gyver) ont fait de lui une pièce essentielle de l’évolution de cet aérodrome. Il y venait au volant de sa vieille 2CV camionnette ou de son antique camion benne. Alimentation en eau, électricité au club house, mise en place ou le fonctionnement de la borne d’accès, réalisation des merlons, remise en état de la cuisine, négociation avec les voisins pour l’élagage des arbres en vue de la réouverture à la circulation aérienne publique, signalisation des bords de piste, Jean-Claude savait tout faire et il n’avait pas son pareil pour convaincre du bien fondé de ses demandes. Nous en avons bien souvent été les victimes consentantes, je vous rassure.
Jean-Claude serait sans doute très heureux de ces réalisations. Il voulait un aérodrome toujours plus attractif, toujours plus développé comme le voulaient aussi deux autres personnes pour qui j’ai une pensée aujourd’hui, M. Alain Longuent, et M. Antoine Savigny, prédécesseur de Fabien Bary à la présidence du club ».
M. Arnaud Bovin saluait au nom de la famille de M. Bovin cette initiative avant que ne soit dévoilée la plaque signalétique de ce nouveau hangar.

 

Aérodrome Syn 5   Aérodrome syn 4
 aérodrome syn 3  Aérodrome syn 6